Le relais d'étape Dourbies Le relais d'étape Dourbies Hotel bar Restaurant

Grotte de Dargilan

La visite de la Grotte de Dargilan à Meyrueis au sud de la Lozère, captive par ses dimensions impressionnantes et par la variété de ses concrétions aux couleurs naturelles très accentuées.

Ce dédale souterrain, révélé en 1888 par Edouard Alfred Martel et aménagé la première fois en 1890, fit de Dargilan la première grotte ouverte au public.

La Grotte de Dargilan s’ouvre sur le Causse Noir en bordure des Gorges de la Jonte offrant un panorama unique sur ces dernières avec, en face, les parois abruptes du Causse Méjean.

Une terrasse ombragée permet de savourer la sérénité du paysage au son des troupeaux de moutons et du vol des vautours. Le souhait des conservateurs est de préserver un accueil simple et chaleureux.

La grotte de Dargilan, (surnommée « la Grotte Rose ») est située en Lozère à proximité de Meyrueis.

Découverte à la fin de l’automne 1880 par Sahuquet, un jeune berger alors à la poursuite d’un renard, il faut attendre 1888 pour que le spéléologue Édouard-Alfred Martel en fasse une exploration complète.

Elle est aménagée et ouverte au public dès 1890.

Encore en activité, la grotte de Dargilan est réputée pour la variété des concrétions qu’elle renferme. Outre les spéléothèmes classiques, tels que stalactites et stalagmites, deux colonnes âgées de 500 000 ans se détachent sur une paroi de 200 mètres de long et 18 mètres de hauteur qui est entièrement recouverte de draperies.

Au plafond de la salle supérieure, marquée par un effondrement vieux de 35 000 ans, pendent des multitudes de fistuleuses ou macaronis, concrétions tubulaires qui précèdent la naissance des stalactites.

Plusieurs salles inférieures suivent l’ancien cours d’une rivière qui se trouve actuellement à 120 mètres au-dessous de la grotte et se jette ensuite dans la Jonte. L’eau s’y accumule encore dans des gourgs peu profonds, avant de rejoindre par infiltration le cours actuel de la rivière.

Dargilan est également connue pour ses couleurs. L’oxyde de fer la teinte ici en rose, plus loin dans un brun soutenu. L’oxyde de manganèse mêle du gris à ces couleurs chaudes. On peut voir aussi divers ocres et du blanc.